Sport et arrêt cardiaque semblent être paradoxaux, cependant, un accident cardiaque peut en effet se produire après une séance de sport intense, pendant laquelle le cœur a pu être mis à rude épreuve. Les cas spectaculaires de morts subites de certains footballeurs sur le terrain en témoignent.

Différentes pathologies peuvent être en cause mais dans 90 % des cas l’origine est cardiovasculaire. Les victimes sont atteintes d’une cardiopathie sous-jacente, elles sont porteuses d’une malformation cardiaque silencieuse et ignorée. Les arrêts cardiaques qui ont fauché ces sportifs ont permis une mobilisation du monde du sport mais aussi la mise en place de programmes de dépistage plus approfondis chez les jeunes athlètes, afin de détecter les cas de malformations et les risques. Cette surveillance va de pair avec la professionnalisation, en revanche, le contrôle est malheureusement moins suivi chez les amateurs. Mais au-delà des tests en amont, qui ne peuvent détecter tous les problèmes, une amélioration de la prise en charge sur le terrain est positive ; une meilleure formation du grand public ainsi que la mise à disposition de défibrillateurs augmentent les chances de survie.

Néanmoins, le sport reste en général très bénéfique et une pratique régulière réduit globalement le risque d’infarctus.